Etats-Unis: Il n'y a qu'un pas du pastorat à succès au business chrétien

Des pasteurs Afro-Americains très populaires font tourner des commerces rentables à côté de leurs ministères, peut-on dire que c'est un signe de prospérité saine, ou bien est-ce une dérive dangereuse?


Le nouveau livre du pasteur TD Jakes du Texas: Mama Made the Difference (des leçons de vie fondées sur la sagesse des mères), publié par Penguin Group, est arrivé juste à temps dans les magasins pour la Fête des Mères. Jakes vient de signer avec Sony Pictures pour la production de neuf films, grâce au succès de son denier film sorti en 2004: Woman, Thou Art Loosed

Le succès de TD Jakes Enterprises L.L.C: l'empire Jakes, estimé à 15 millions de dollars l'a placé dans la catégorie de ces prédicateurs qui se trouvent à la tête de mega-commerces à gros bénéfices. Le magazine Black Enterprise s'adressant principalement à la communauté Afro-Americaine, aborde le sujet en page de couverture ce mois-ci, titrant "The Bussiness on Faith", le commerce de la foi. Il dépeint la vie de Jakes et celle des pasteurs Eddie Long d'Atlanta et Kiryjon Caldwell de Houston.

Ces trois pasteurs ont redéfini ce que signifie conduire la communauté noire américaine.

T.D. Jakes est connu partout dans le monde comme le leader de The Potter's House (La maison du Pottier), une église internationale basée à Dallas au Texas et forte de 30.000 fidèles qui se rencontrent dans un sanctuaire de 45 millions de dollars construit sur une propriété de plusieurs dizaine d'hectares. 360 employés y travaillent à plein temps. L'église a ouvert un établissement scolaire chrétien privé ($11 millions) et le chantier de construction d'un complexe d'immeubles à usage d'habitation a débuté ($150 millions). Jakes emploie du personnel séparé en deux groupes, l'un pour l'église et l'autre pour la compagnie à but lucratif pour éviter des conflits d'intérêt ou des problèmes d'imposition.

Selon le magazine Black Enterprise, Eddie Long, leader d'une des plus grandes églises noires d'Amérique (25.000 membres), la New Birth Missionary Baptist Church à Lithonia en Georgie est propriétaire d'un terrain de 250 acres et d'une "cathédrale" de 10.000 places qui fonctionne avec un budget annuel de $30 à $40 millions. Le Centre chrétien de fitness et la librairie qui sont rattachés à l'église sont des affaires qui tournent rondement.

Kirbyjohn Caldwell -qui s'est signalé à l'attention des medias dans les années 1990 de par sa relation avec le Président Bush- dirige l'église de 15.000 membres Windsor Village United Methodist Church de Houston, Texas. Il a fondé Pyramid CDC ( Community Development Corporation ) et a transformé un vieux centre commercial en entreprise florissante incluant une banque, une clinique, une pharmacie, une école privée et des bureaux. Le secteur commerçant est propriété de l'église, il emploie 257 personnes et injecte plus de $14 millions par année dans l'économie locale. Pyramid CDC ( sa société) projette de construire des habitations sur un terrain de 234 acres .

Caldwell, Long et Jakes affirment que leur mission est de rendre la communauté noire plus forte, et non pas de s'enrichir eux-mêmes. Tous trois ont eu à se défendre contre des accusations comme celles qu'on trouve dans la Bible: "les changeurs n'ont pas leur place dans le temple de Dieu."

Aux accusations proférées contre eux, affirmant que créer des entreprises ne figure pas dans la Bible, Caldwell répond dans le magazine Black Enterprise: "La moitié des paraboles de l'Ancien et du Nouveau Testament se rapportent à l'argent. Nous nous référons, au 21e siècle, à ce que Jésus disait et faisait dans le Nouveau Testament."

Long qui a été critiqué dans l'Atlanta Journal-Constitution à cause de son salaire à 7 chiffres, de sa voiture à $350.000 et de sa maison à $1.4 millions, répond que ces critiques ne tiennent pas compte du rôle important que joue aujourd'hui une megachurch: celui de consolider les communautés urbaines dans un temps où les politiciens ont trahi ou ignoré les minorités.

Jakes, quant à lui, explique la motivation qui le pousse à exercer une activité basée sur la rentabilité: "Rendre plus fortes les minorités au niveau économique, c'est une part très importante de ma mission", a-t-il déclaré au magazine Black Enterprise.
Ces trois pasteurs ne sont pas les seuls prédicateurs aux Etats-Unis qui ont traduit leur appel en une montagne de dollars. Certains pasteurs blancs de megachurches comme Rick Warren et Joel Osteen ont également fait les grands titres lorsque leurs bénéfices sont parus dans la presse.

 

Visiter le site :
http://www.charismamag.com

 

Date : 30-06-2007
Nom : Belouga
Titre de l'article : Etats-Unis : il n'y a qu'un pas du pastorat à succès au business chrétien
Pays : Côte d'Ivoire
Réaction :
Moi, je pense que qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien... Mais je pense aussi qu'il faut un peu (beaucoup) d'éthique, de valeurs ! Sinon, où est le témoignage, l'exemple, le modèle auquel se conformer ? Donc, à mon avis, il faut éviter le piège de "la fin justifie les moyens". Il faut bien sûr récolter des fonds pour que la bonne nouvelle soit annoncée, mais si cela commence à trop sentir le business, c'est pas trop bon pour l'image. On a envie de parler de "fumiers", et pourtant, à la base, ce sont à priori des "hommes de dieu" (comme on dit).

En tous les cas, pour ce qui est de faire fructifier les "dollards", c'est sûrement plus "easy" aux STATES qu'en Afrique !!!

Belouga


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Date :
Titre de l'article :
Nom ou Pseudo :
Past Tom
Pays : Gabon
Email : ecotel3@hotmail.com
Réaction : Ne connaissant pas personnellement ces pasteurs je donnerai deux hypothèses de repères :

1ere si le business influence sur l'église  la situation est déplorable parce que les exigences du monde des affaires (concurrence, orgueil corruption, amour de l'argent etc.) empoisonneront l'église. 

2eme si le business ne viens qu'au second plan  soutenir l'église, elle est salutaire .En réalité la réponse ce trouve dans leur cœur que seul Dieu peut sonder.









Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net